Histoire du Far Wax: Petits meurtres en famille

Il etait une fois un peuple qui ne communiquait que par les motifs de Wax

L'histoire se passe dans l'West du far Wax.

Idriss un grand entrepreneur de la région a fait fortune en vendant des maisons en Wax.

Grâce à sa fortune il a fait construire le plus grand gratte ciel en Wax de tout le far Wax.

Avec ces initiales en Wax gravés à l'entrée de la tour, Idriss se sent le roi du monde

Les gardiens se succèdent dans sa tour pour surveiller ce précieux bâtiment.

Idriss est divorcé de sa femme, avec qui il a eu Adama aujourd'hui âgé de 30 ans, par charité Idriss laisse son fils travaillé dans son entreprise mais il ne lui fait pas confiance et ne lui donne aucune responsabilité. Il le traite d'ailleurs souvent de bon à rien.

Un jour Idriss est réveillé en pleine nuit, on lui apprend qu'un de ses gardiens se serait assoupi sur le balcon et serait tombé du 80 e étage....mort sur le coup.

Les policiers ont trouvé près du corps un motif de Wax.

Quelques jours plus tard, les habitants de la tour retrouvent un second gardien assoupit par terre....impossible de le réveiller, cette fois il se serait suicidé et l'affaire est classé mais le même motif de Wax a été retrouvé dans les lieux près des escaliers.

Deux semaines après on apprend qu'un troisième gardien est mort car il avait mangé de l'attiéké avarié. Il aurait eu très mal à l'estomac et se serait défénestré.

Tout le village commence à se questionner sur ces décès à répétition.

Les journalistes du Far Wax arrivent sur place pour interviewer Idriss mais ce dernier est un business man très occupé qui n'est jamais disponible.

Ils tombent alors sur Adama qui leur répond que les employés sont surmenés parce qu'Idriss les fait trop travailler et qu'ils se suicident en conséquence du surmenage. Le tout avec une aisance déconcertant tout en faisant son autopromotion.

Quelques jours plus tard les policiers arrivent dans la société et arrêtent Idriss pour surexploitation et harcèlement de ses employés.

Appelé à témoigner au procès de son père, Adama va même jusqu'à témoigner contre lui.

Quelques semaines plus tard Idriss est déclaré coupable de meurtre et est emprisonné à vie. L'affaire est classée. 

Le fils prend la tête de l'entreprise sans un mot pour son père ni pour les morts

Le jour de la fête de l'entreprise, Adama arrive dans l'entreprise avec son plus beau boubou en wax avec le même motif que celui retrouvé près des corps.

Les employés écoutent son discours jusqu'à la fin puis quittent les lieux en silence.

Le lundi matin Adama arrive dans son entreprise et ne trouve aucun employé